L’ensemble Court-Circuit est soutenu par la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France – Ministère de la Culture et de la Communication au titre du programme des Compagnies et ensembles à rayonnement national et international (CERNI). Son action est financée par la région Ile-de-France dans le cadre de l’aide à la permanence artistique et culturelle. Il reçoit également le soutien de la SACEM et de la SPEDIDAM.

Jeudi 7 novembre • 20h30 • CRR (auditorium) 


« LES SONS TOURNENT…  »

 
Ensemble Court-Circuit
Philippe Hurel (direction artistique)
Alexis Descharmes (violoncelle)
Anne Cartel (flûte)
Jean-Marie Cottet (piano)
Jean-Luc Hervé (électronique)

 

Des papillons dont la vie éphémère inspira Kaija Saariaho pour écrire ses courtes pièces, jusqu’au fou à pattes bleues des Iles Galapagos, oiseau « spectral » cher à Tristan Murail, dont le chant consiste en une série harmonique flûtée et égrenée à la manière d’un filtre qui balayerait un spectre harmonique, en passant par l’escargot qui sert de métaphore à Italo Calvino et Mauro Lanza : « À intervalles réguliers la matière calcaire que je sécrétais se colorait ; ainsi se formaient de belles stries qui continuaient tout droit à travers les spirales, et cette coquille était une chose différente de moi mais aussi la partie de moi la plus vraie, mon portrait traduit dans un système rythmique de volumes et de stries et de couleurs ». De la lumière dont s’émerveille Gottfried Benn – O cette lumière! L’île est couronnée d’une eau bleue étoilée – que mettra en musique Nicolaus A. Huber, jusqu’à l’évocation de Debussy par Jean-Luc Hervé, « Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir », tout concourt à faire de ce programme une véritable ode à la nature ou aux principes “naturels” que les compositeurs observent pour organiser leurs œuvres. 

Et pour le compléter, deux Etudes d’Unsuk Chin, dont la première, si son titre de le dit pas, est fondée sur un spectre harmonique qui structure la pièce, comme c’est le cas pour le chant du merveilleux oiseau aux pattes bleu acrylique des Iles Galapagos. 

PROGRAMME


Mauro Lanza • La coquille de l’escargot, pour flûte et piano – 10’

Kaija Saariaho • Sept Papillons, pour violoncelle – 13’

Jean-Luc Hervé • #4 (…les sons tournent) pour flûte basse et électronique  – 10′

Tristan Murail • Le fou à pattes bleues, pour flûte et piano – 9‘  

Unsuk Chin • Etudes pour piano n°1 et 6, piano – 6’

Nicolaus A. Huber • O, dieses Lichts, pour flûte, violoncelle et piano – 13’ (2002)